Archives

All posts for the month janvier, 2014

Zoo de Ueno, Ryogoku

Deux point avant de commencer. Le premier est qu’il y a quatre ans, je n’ai pas pu le faire vu que j’arrivais toujours après la fermeture du zoo et le second, c’est que ça fait des années que je n’avais pas fait un zoo traditionnel, dans le sens que les derniers zoo que j’ai fait étaient plus dans le genre réserve naturelle que zoo avec cages. Et bien, le zoo de Ueno est grand, mais c’est un zoo traditionnel. Je suis sorti de là complettement à plat. Voir des annimaux tourner en rond m’a foutu un coup au moral.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Image 1 parmi 324

J’ai aussi assister à second jour du tournoi de sumo de janvier. Bon, c’est plus violent que ce que je m’y attendais mais je reste un mauvais spectateur. J’avoue, je me suis endormi plusieurs fois. Bon faut dire que ça commence à 9h et fini à 18h. Y a qu’un combat que je ne ‘ai pas compris comment ils ont décidé le vainqueur. Je posterai plus tard un vidéo du dernier combat, le rang le plus élevé, ainsi qu’une vidéao de la danse de l’arc qui clos la cérémonie. Les gars avec des drapeaux qui passent autour des combattants, c’est de la pub des sponsors.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Image 1 parmi 242

J’ai vu qu’il y avait un musée juste à coté de stade, donc pensant que ça serait un musée sur les sumo, j’y suis allé le lendemain, perdu. C’est le musée de l’Edo. Y a deux expositions, l’exeptionelle et la permanente. Interdiction de faire des photos sur l’exeptionnelle mais pour la permanente, c’est open bar même avec flash. L’exposition exeptionnelle était sur l’évolution des estampes à travers le temps pendant l’ère Edo. Bah, au début, c’était beau à la fin, ça avait un côté baclé, enfin de mon avis.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Image 1 parmi 104

J’ai bien sûr refait le musée Ghibli, et je me suis un peu laché sur les achats. Il y avait des puzzle 3D en métal des avions de Porco Rosso. Comme toujours, interdiction de faire des photos à l’intérieur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour finir le séjour, j’ai fait la Tokyo Tower et Roppongi Hills. Bon je suis légèrement clostrophobe et suis sujet au vertige. Donc les tours comme la tour Eiffel et la Tokyo tower, c’est assez difficile pour moi. Alors première différence avec la notre de tour, c’est qu’il y a un gros bloc entre les pattes de la tour. Bah oui, on est au Japon donc il faut des restaurants et des commerces. Il y a aussi un aquarium mais il était fermé quand je suis passé devant. Il y a deux observatoires (en fait trois) avec donc deux tarifs. Quand je dis trois, c’est que le troisième est juste au dessus du premier, ça permet en cas de grosse affluence que ceux qui ont payé pour les deux puissent avoir un peu de place après avoir été tout en haut. Et surtout, dans le troisieme, il y a les vues sur la rue. Une vitre dans le sol. J’ai eu beaucoup de mal à m’en approcher. Sinon, parlons des assenceurs, oui il n’y a pas d’escalier pour atteindre les étages, déjà la musique d’assenceur existe encore au Japon. Bien sûr, comme c’est fait pour les touristes, il y a des vitres. Sinon, pour l’assenceur qui permet d’atteindre le plus haut des observatoires, il y a un message qui dit en gros « Vous allez enteindre un bruit mais pas d’inquiétude, c’est normal et parfaitement sécurisé » et là, tu te dis « un bruit ? Quel bruit ? » mais c’est trop tard, la cabine semble changer de chaine de traction, ça bouge dans tous les sens et le bruit te fait craindre que ça se détache. Bon, j’exagère un peu mais j’étais un poil à la limite de la panique dans cet assenceur et voila qu’ils me rajoutent ça en plus à gérer. Bon comme j’étais dans le coin, j’ai fait un tour à Roppongi Hills. Déjà, vu la réputation du coin, j’étais pas très motivé et c’est au final qu’un centre commercial de plus. J’ai pris des photos de Maman juste parce que le nom de la sculture me faisait marrer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bon, voila un post un peu foireux et fourre tout, simplement parce la connection au net s’est dégradé dernièrement et que c’est la fin du voyage. Je boucle mes valises (celle de soute est à deux doigts d’exploser), je tente de les peser avant de partir, je fais le ménage et retour en France. Impressions sur le voyage, l’organisation par ALJ a été moins bien réussi que la précédente fois mais pas de quoi fouetter un chat. Le groupe était trop petit pour le split en plusieurs petits groupes dons quand on était tous ensemble, c’était trop pour faire des choses et sinon, bah c’était chacun de son côté, donc moyen point de vu ambiance. Le point absulement positif, c’est Ôtsuka par rapport à Matsudo. 45min de gagné par trajet et des économies d’argent en plus. Bon, c’est moins confort, vu que c’est auto-géré mais on ne peut pas tout avoir. Maintenant, je stresse un peu pour le passage en douane, je suis en règle mais ça risque d’être un peu chiant à confirmer.

 

Premier point, les vacances sont finis. Le prochain jour férié est le 13 janvier. Donc prendre la Yamanote à 8h du matin, est tout sauf une bonne idée. Les joies de la compression. Finalement, j’arrive à Odaïba à 9h30 soit 30min de plus qu’en période de vacances. Là, on m’apprends que comme je n’ai pas le petit bracelet vert ou une carte verte ou jaune, je ne peux pas voir le show depuis l’estrade. On me dirige vers la télé. La réception est tellement merdique que j’ai effacé toutes les images du show. On m’avait vendu ça, grand spectacle mais au final, ce n’est qu’une parade militaire des pompiers de Tokyo. Rien de transandant. La partie Edo avec les echelles en bambou m’a plus fait pensé à un cirque amateur. C’est clairement un forum orienté jeunes enfants, y a qu’à voir toutes les annimations pour eux. Enfin, c’est gratuit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Étant sur Odaïba, j’en profite pour aller voir l’exposition Gundam. Elle se compose de deux parties. La payante, avec photo interdite et la gratuite, où l’on peut prendre des photos. Ah oui, quand ils vous pas de flash autorisé, c’est pas de photo autorisé qu’il faut comprendre. Je me suis fait reprendre la dessus. Bon, la partie payante se compose de deux parties. Un dome où l’on passe une vidéo d’une dizaine de minute, un petit court métrage Gundam. Puis une exposition de dessin et maquette de tous les Gundams. En sortant on tombe sur un magasin souvenir. La partie gratuite se compose de deux parties, elle aussi. Les magasins souvenirs (sortie de la zone payante) et une exposition des maquettes réalisées par les fans lors du concour annuelle de maquette Gundam. Elles sont sublimes surtout parce qu’il ya généralement l’environnement qui a été réalisé aussi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

PS: ne pas oublier que cette semaine, je suis de corvé de poubelles et j’ai les poubelles brulables à sortir.

Fin de semaine calme

Le 4, de retour à la mairie de Tokyo, cette fois l’offisme du tourisme est ouvert. J’en profite pour prendre des cartes postales, même si je les trouve moches. C’est pas moi qui vais les recevoir. je chippe des cartes et oublie de poser une question, mais trop tard, je file à l’observatoire. 45eme étages dans l’ascenseur express. La montée, ça va mais la déscente, gare à la pression. Les oreilles soufrent. L’observatoir en lui même, comment dire. Le japonais moyen à deux activités de base : manger et acheter des souvenir pour dire j’y étais. Si le souvenir est de la nouriture, c’est combo. Donc partout, vous trouverez à manger et des babioles souvenirs à acheter, même dans une mairie. Donc le premier truc que l’on voit en sortant de l’ascenseur, c’est les stands de nouriture et de souvenir. Bon, maintenant je m’excuse pour les photos, mais j’ai le vertige et 45eme étage, c’est haut.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après, je traine un peu à Akiba et achète ma PS VITA. Bon, j’ai un peu merdé sur ce coup, comme la package God Eater n’était plus en stock, j’ai acheté le package Gundam  Breaker. La PS VITA est moins belle, mais y a un gundam à monter. Sauf que God Eater, j’y aurais joué en japonais, alors que Gundam Breaker, c’est moins sûr. D’ailleurs, j’ai tenté de revendre le jeux neuf sous cellophane à un book off, ils n’en ont pas voulu. Maintenat, je m’intéroge pour la douane. Ai-je ou non dépassé le seuil de 450€. Mais surtout, j’achète une solde. Alors les soldes au Japon, c’est généralement des sacs opaques à bas prix, dont on ne sait pas vraiment ce qu’il y a dedans. Donc au Mulan, j’ai acheté un sac à 2 000円. Résultat, satisfaisant, même si j’aurai préféré des Évas. J’ai eu du Disney/Pixar: 1 boite de 2 figurines Monster University (Bob et Sully), 1 boite de Toy Story (Buzz et l’alien) et 1 Tigrou en pelluche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir, c’était dinner Ninja. Le décors et l’ambiance sont sympa. Les plats sont très beau et bon. (bon, le fois gras de l’entrée, c’est du bloc, mais fait pas abuser non plus) Par contre, il faut être petit ou souple, parce qu’il y a des passage qui s’apparentent plus à des tunels de nains qu’à des couloir (2m de long et 1m40 de haut)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le 5, repos … enfin presque. retour à la mairie de Tokyo pour poser LA question que j’avais oublié: À quelle heure commence le Dezome-Shiki ? Et bien l’offisme du tourisme n’annonce 9h17. Oui, 9h17, on est au japon, il faut être précis. Bon, le site web des sapeur pompier annonce 9h30, mais quand même. Donc, j’ai passé mon après-midi à ranger un peu, faire la lessive et préparer l’itinéraire, même s’il n’est pas très différent de celui pour aller à l’onsen d’Odaïba.

Journée noire

Enfin, le début. J’arrive à la gare d’Ootsuka sur la Yamanote ring à 7h du matin. Pas de train. Mince j’ai rendez-vous à 9h et je veux être à 8h à Akiba. 7h30, je perds patience et prend le métro. Je galère pour me repérer et arrive à 8h40 à Akiba, soit 10 min trop tard pour les soldes. Je pars vers Shimbashi et me rend compte une fois sur place que c’est pas le bon point de rendez-vous, je file donc vers Shinjuku et arrive avec 1h de retard. Le groupe ne m’a pas attendu, et c’est normal, j’ai deux solutions: Abandonner ou les rattraper. je choisi de les courser. Le premier bus avec une place vers le mont Fuji pars à 11h40. J’arrive à rattraper le groupe à 14h au lac de Kawaguchi (Kawaguchiko), juste à leur fin de repas. J’avale rapidement le même repas. Tellement stressé par le début de journée que je n’ai même pas vu les cartes postales dans le magasin mais pas des KitKat au wasabi, ni ceux à la pomme. Pour information, un pachinko a brulé, endomageant 3 autres batiments et les lignes du Shinkunsen. C’est presque revenu à la normale vers 14h.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le temps se calme de mon côté, je profite de la croisière et file à l’onsen. L’onsen est plus joli, mais les bassins sont moins spacieux que celui d’Odaïba.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De retour à Tokyo, on enchaine par un repas de yakiniku à volonté à Ikebukuro. Comme d’habitude, l’adition pose problème mais cette fois il n’y a pas d’erreur sur ce qui est réclamé mais sur l’argent récolté. On fini la soirée dans un salle de machine à pince.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bonne année

Que faire un réveillon du jour de l’an, à Tokyo quand rien n’a été prévu.

Je savais que du 1er à 3, tout allait être ralenti, voir fermé, donc je suis aller à Shinjuku à la mairie de Tokyo, en me disant que c’était une bonne occasion pour acheter des cartes postales pour la bonne année. Perdu, le centre du tourisme était déjà fermé avec réouverture le 3. J’ai donc trainé un peu dans le quartier avant de me rendre au point de rendez-vous à Shibuya.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’avais du temps à perdre, donc direction Harajuku avec l’intention de rejoindre Shibuya à pied. Bon, je me suis un peu perdu. J’ai donc repris la Yamanote pour une station.

LE point de rendez-vous à Shibuya, j’ai pas proposé original, c’est Hâchiko. On se ballade un peu avec pour objectif un bar ou pub pour 8. Un challenge, un vrai. On trouve un bar au 3eme d’un immeuble dans une ruelle et on le rempli de notre présence. Petite surprise à la note. La taxe sur le siège n’est pas compris dans le prix des boissons. Avant minuit, 350円 par personne et 500 après minuit. Il est maintenant 23h passé, on se dirige vers le 109 de Shibuya pour le Countdown. Mauvaise nouvelle, après nous avoir fait ballader par la police tout autour de shybuya, on apprends que le countdown est annulé. Les locaux ont bien l’intention de le faire quand même dans le quartier, ça se bouscule, ça crie, c’est marrant mais le risque que ça dégénère augmente très vite. On voit des tessons de bouteille, des traces de sang. Les filcs sont bien débordés, on décide de rentrer. La police a bloqué l’accès par lequel on était arrivé et ils étaient pas très clairs sur le chemin à prendre. Ni une ni deux, on les déborde et on se dirige vers une entrée de la gare que l’on connait. Petite information sur la police japonaise. La police avec un uniforme sympa et des battons de piste d’envol dans les aéroports ne peuvent pas faire grand chose. Ils sont polis et sans arme. Les autres avec des armures et tout, fuyez.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et bien sûr, on fini au karaoke à Ootsuka. 3 000円 pour toute boisson à volonté de 23h à 5h. Bon, j’ai mal choisi mes boissons, après une vingtaine de mojito, 5 bierres et quelques autres truc, j’était comme si j’avais bu une pinte de bierre en France. On m’avait prévenu que c’était bien coupé dans ce genre d’endroit, et le contraire serait suicidaire pour eux. Mais à ce point. Je précise que je n’avait pas l’intention de me bourrer la gueule mais d’être suffisamment alcoolisé pour pouvoir prétendre que c’était l’alcool qui me faisait chanter comme ça. Là, j’ai même pas cette excuse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On a fait un petit tour au temple du quartier avant de se coucher. Y avait déjà un peu de monde. On a pris des porte bonheur.

La journée du premier, ça a été repos et lessive. Puis pour le repas du soir on a été à Ikebekuro avec pour mission de trouver un truc pas cher pour 9. Oui, on augmente les challenges de jour en jour. Bon on a trouver un resto abordable pour 9, enfin même 12 à la limite. Par contre, la note a été encore plus surprenante que celle du bar. La taxe de siège, 450円, c’est bon on connait. Le prix en gros hors taxe avec le prix entre parenthèse pour taxes comprises, on gère. Mais les 2 500円 à la fin, heu … c’est quoi ? Bon après tentative de communication, il s’agirait du service (enfin des charges). Bon petite journée, on rentre tôt … il est minuit passé.